Image Image Image Image Image
Scroll to Top

To Top

Kung Fu

Guide du pratiquant

rubon7Le terme Kung Fu est utilisé en Chinois pour signifier la "maîtrise" d’un domaine. En Chine populaire, on préfère l’expression "Wushu" (art / technique martiale), mais ce terme englobe aussi la pratique du Taiji Quan. On trouve les premières traces d’arts martiaux environ 3000 ans avant Jésus Christ, mais il faut attendre le VIe siècle pour voir apparaître le Kung Fu Wushu. A cette époque le moine indien Da Mo (ou boddhidarma) se serait rendu au Monastère de Shaolin pour y enseigner le bouddhisme. Trouvant les moines en mauvaise santé, il leur enseigna non seulement des techniques de Qi Gong, mais également des techniques de combat afin qu’ils puissent se défendre si leur monastère était attaqué. C’est ainsi que serait né le Wushu. Il existe en Kung Fu environ une centaine de styles de base, ce qui, avec leurs variantes, nous amènent à plus de 350 styles différents. Même les Chinois s’y perdent ! Le Kung Fu a, depuis les années 1950, trouvé une nouvelle forme d’expression appelée Wushu moderne. Basé sur les styles traditionnels, le Wushu moderne est plus gymnique, plus spectaculaire que les styles d’origine. Il est pratiqué en compétition. Parallèlement une forme sportive de combat s’est développée, le Sanda. Dans notre école, nous pratiquons à la fois des formes modernes de Kung Fu (Chang Quan, Sanda) et des formes traditionnelles (Tang Lang Quan, Shaolin Quan).

Les armes en Kung Fu

Traditionnellement, il existe 18 armes dans le Kung Fu. Les armes étaient en effet largement présentes puisque le bâton servait à marcher et tout le monde portait un couteau. Les nobles avaient une épée et un éventail. Les soldats quant à eux apprenaient le maniement des sabres et autres objets tranchants. Pourtant la base du Kung Fu est le combat main/pied. Dans notre club, nous pratiquons le bâton long, le bâton court, le sabre, l’épée et le nunchaku. Toute les armes représentent une difficulté supplémentaire, il est donc nécessaire de connaître au moins un tao du club avant d’en débuter l’apprentissage généralement au bout d’une année d’entrainement. Pour en savoir plus sur les différents styles ou des questions d’ordre général, rendez vous dans la suite des articles et questions fréquentes.

Les styles traditionnels de Kung Fu Wushu

Les deux principaux styles pratiqués dans notre école sont le Tang Lang Quan et le Shaolin Quan. Le Tang Lang Quan, ou « Boxe de la Mante Religieuse », est un style de Kung Fu originaire de Chine du Nord. D’après la légende, cette école de boxe aurait été fondée par un certain Wang Lang vers 1650 ap. J.-C. Wang Lang s’entraînait au monastère de Shaolin. Malheureusement, sa petite taille lui causait souvent des défaites. Un jour, alors qu’il demeurait sous un arbre, son regard fut attiré par un spectacle singulier. A ses pieds, une frêle mante religieuse s’attaquait férocement à une cigale bien plus grosse qu’elle. La mante finit par l’emporter grâce à ses attaques efficaces. Wang Lang décida d’analyser les techniques de ce téméraire insecte afin d’en transposer l’état d’esprit aux arts martiaux. Il s’en retourna à Shaolin pour tester sa nouvelle méthode contre ses partenaires habituels. Son style était déjà très efficace, mais les moines supérieurs lui conseillèrent de l’améliorer en travaillant ses déplacements. Wang Lang s’inspira des techniques du singe, et c’est ainsi que naquit le style appelé Tang Lang Quan, ou « poing de la mante religieuse ». Le Tang Lang est aujourd’hui divisé en plusieurs courants : Qi Xing (Sept Etoiles), Taiji Meihua (Fleur de Prunier), etc… Notre courant est le Tang Lang Taiji Meihua. Nous pratiquons aussi quelques techniques de Qi Xing. Le Shaolin Quan est un style énergique, vigoureux et en force : les coups sont puissants, les postures sont larges, les déplacements amples, les techniques s’enchaînent sans temps mort.

Les styles modernes Kung Fu

Le Chang Quan (boxe longue) est un style plus gymnique et gracieux : des mouvements rapides et amples, des postures basses, des sauts. Pour ce style, il faut travailler sa souplesse et être aussi très tonique. Le Sanda (ou la forme sportive du combat Kung Fu). Cette forme de combat est pratiquée avec des gants de boxe, un protège-dents, des protège-tibias. Les endroits particulièrement sensibles du corps sont aussi protégés : les femmes portent un plastron en plastique sur la poitrine et les hommes placent une coquille de protection à l’entrejambes. En Sanda, les techniques utilisées sont les attaques de poings, de pied, et les projections.

La self-défense

Dans notre école, nous apprenons des techniques de Qin Na (ça se prononce « Tchinna »). Il s’agit de méthodes de luxation des articulations de celui qui attaque afin de le neutraliser.  

Le Kung Fu fait-il maigrir ?

Le Kung Fu fait travailler tous les muscles. Si on pratique régulièrement, notre corps va évoluer pour s’adapter. Aucun muscle en particulier n’est favorisé, ce qui fait que l’évolution se fait petit à petit. Gagner en muscles ne fait pas forcément maigrir, c’est selon la morphologie de chacun. Par contre cela tonifie le corps harmonieusement et ça, aucune crème ne pourra jamais le remplacer !

Quels sont les bienfaits du Kung Fu et des autres arts martiaux chinois ?

D’une manière générale, le pratiquant d’art martiaux chinois acquiert une bonne maîtrise de son corps. En effet, les techniques et mouvements enseignés sollicitent de nombreux muscles, l’ensemble des articulations et permettent une prise de conscience de son corps dans l’espace. Par ailleurs, le pratiquant acquiert petit à petit plus de tonicité, plus de souffle, et accroît le contrôle de son énergie interne. Un entraînement régulier accroîtra aussi sa souplesse, renforcera l’ensemble de ses muscles, et l’aidera à se relâcher au quotidien, notamment dans des situations stressantes.

Quelles sont les différences entre le Kung Fu et le Taiji Quan ?

Classiquement, le Kung Fu fait partie des arts martiaux externes, alors que le Taiji Quan est considéré comme un art martial interne. Si à l’origine la finalité de ces deux pratiques était la maîtrise du corps pour le combat, leur approche et leur enseignement sont différents. En Kung Fu, les pratiquants s’entraînent à fortifier leurs corps pour le rendre puissant, rapide, tonique et souple. En Taiji Quan, le corps commence par apprendre à se relâcher, se détendre, s’enraciner, et les pratiquants travaillent avec lenteur et calme tout en cherchant la tonicité.

Quelles sont les différences avec des arts martiaux japonais tels que le karaté et le judo ?

Les gestes de la plupart des styles de karaté sont un peu plus rigides que ceux du Kung Fu, qui eux sont plus ronds. Le Kung Fu est un art martial « global » aucune technique n’a été développée à l’extrême, contrairement au Judo, par exemple, qui a développé spécifiquement l’art des chutes et des projections. La tenue vestimentaire n’est pas aussi formelle que dans les arts martiaux japonais, où l’on porte le kimono et où l’on pratique pieds nus. De même, les « grades » ont moins d’importance en Kung Fu que dans les arts martiaux japonais. Dans notre association, seuls ceux qui ont passé leur ceinture noire portent une ceinture.

Peut-on se blesser en pratiquant le Kung Fu et les autres arts martiaux chinois ?

Le Qi Gong et les arts martiaux chinois sont des techniques de longévité. Cependant, de mauvaises postures ou des étirements trop forcés peuvent être à l’origine des blessures. Mais les enseignants sont attentifs et vous apprendrons à vous préserver. Même lors des combats les coups doivent être maîtrisés, le maître mot est le respect de soi et de l’autre.

Faut-il être souple/sportif pour faire du Kung Fu ?

Dire que l’on fait du Kung Fu, cela impressionne toujours. Rien ne vous empêche de faire planer le mythe dans les dîners parisiens, mais le Kung Fu est à la portée de tous. En effet, il y a plusieurs niveaux d’apprentissage et de pratique. On adapte notre pratique à notre envie et notre physique. Chaque exercice ou position peut être réalisé avec plus ou moins de force, d’intention ou de souplesse. A votre vitesse, vous pourrez travailler votre souplesse par des exercices spécifiques en cours ou, si vous le désirez, plus intensivement à la maison.

Est-ce que le Kung Fu est un sport ou un art martial ?

Fondamentalement, ces deux concepts n’ont rien à voir. Mais l’évolution des sociétés fait qu’ils se trouvent souvent mêlés et fondus (voire confondus). Un sport est une discipline physique encadrée par des règles et présentant un enjeu. Un art martial est une activité physique d’autodéfense liée à une pratique culturelle, chargée de sens et d’histoire. Le Kung Fu est donc une activité composite, faite à la fois de techniques de combat, mais aussi de philosophie, de culture, d’histoire(s), de traditions et d’esthétique. Il y a dans le Kung Fu une composante sportive mais celle-ci ne constitue pas l’essence de la discipline, c’est un ajout récent à une pratique très ancienne.

Est-ce que le Kung Fu est un sport violent ?

Selon l’esprit dans lequel on le pratique, n’importe quel sport peut être violent. Dans notre club, nous privilégions une approche simple et respectueuse de l’autre afin de progresser sans devenir une brute. Le Kung Fu est avant tout un art de la préservation de soi, de sa propre intégrité physique et morale ; Un art de la gestion des conflits, quels qu’ils soient, un art de la défense autant qu’un art du combat.

Le Kung Fu peut-il m’aider à me défendre contre une agression ?

Résolument oui ! Pourquoi passer de longues heures à s’entraîner si confronté à une situation d’agression, on n’était pas capable de réagir ! On pourra acquérir des réflexes utiles et quelques principes fondamentaux d’autodéfense qui permettront de se tirer d’un mauvais pas. Apprendre à ne pas prendre de coups, à crier en cas de danger, à mobiliser les gens qui nous entourent… autant d’idées simples que distille le Kung Fu au-delà des techniques strictes de combat. C’est là l’essence même du Kung Fu, mais le processus menant à la capacité de se défendre en jouant des pieds et des poings est lent et difficile. Pratiquer le Kung Fu efficacement, c’est s’inscrire dans une démarche à long terme !

Est-ce mieux si les profs ont déjà pratiqué d’autres arts martiaux ?

Pour ce qui est des arts martiaux japonais ou coréens, s’ils font référence au combat et s’ils sont également pratiqués sous forme d’enchaînements codifiés, ils sont en réalité assez éloignés des arts martiaux chinois, dans leurs principes, leurs techniques et plus encore pour ce qui est des rituels. L’enseignement de ces différentes techniques par les mêmes personnes ne leur permet pas de les approfondir et n’apporte aucun avantage, tout au plus un peu de confusion. En revanche, la pratique de styles internes de Taiji et de styles externes de Kung Fu ou bien de Qi Gong, permet d’approfondir les mêmes concepts.