Image Image Image Image Image
Scroll to Top

To Top

Interview de Matteo Pepe-Espert

Quelles sont les différences entre Qi Gong et Taiji Quan ?

« En réalité, la différence est parfois ténue, certains styles de Qi Gong (comme le Daoyin Yangsheng Gong par exemple) ont des enchaînements qui sont un mélange de Taiji et de Qi Gong. En Taiji on pratiquera en mémorisant des enchaînements lents et continus pour intégrer principalement les notions d’axe, de racine et d’espace. En Qi Gong, on pratiquera en mémorisant des enchaînements qui favorisent la circulation de l’énergie en fonction des organes ou des différents méridiens d’acupuncture. Aussi bien en Taiji qu’en Qi Gong on parlera de respiration et de concentration. »

Quelles sont les différences entre le Kung Fu et le Taiji Quan ?

« Classiquement, le Kung Fu fait partie des arts martiaux externes, alors que le Taiji Quan est considéré comme un art martial interne. Si à l’origine la finalité de ces deux pratiques était la maîtrise du corps pour le combat, leur approche et leur enseignement sont différents. En Kung Fu, les pratiquants s’entraînent à fortifier leurs corps pour le rendre puissant, rapide, tonique et souple. En Taiji Quan, le corps commence par apprendre à se relâcher, se détendre, s’enraciner, et les pratiquants travaillent avec lenteur et calme tout en cherchant la tonicité. »

Peut-on pratiquer en même temps le Kung Fu, le Taiji Quan et le Qi Gong ?

« Oui car le Kung Fu et le Taiji Quan sont des arts martiaux chinois complémentaires, le premier est dit « externe » et le second « interne ». Tous deux vont dans la même direction, mais empruntent des chemins différents. Un pratiquant de Kung Fu pourra se mettre au Taiji Quan pour travailler son enracinement, prendre conscience de son espace et de son axe. Le pratiquant de Taiji Quan pourra suivre des cours de Kung Fu afin de travailler son souffle et son endurance à l’effort, mettre des techniques en application, et travailler sa tonicité et sa rapidité. Par ailleurs, si le Qi Gong n’est pas un art martial, il est totalement approprié pour soulager le corps après un entraînement intensif et évacuer les tensions, ou pour le préparer au contraire à l’effort et le tonifier. Ces trois pratiques ne sont donc pas du tout incompatibles et forment un « tout » équilibré. »

Comment faire pour s’ancrer, se recentrer ou pour « respirer » tout simplement ?

« Les magazines féminins — et depuis peu également les masculins — nous parlent de présence à soi, de résilience, de temps pour soi, de méditation. Mais en même temps, ils vantent les montres connectées qui conduisent à l’exact effet inverse : la saturation de l’instant présent par des sollicitations futiles et incessantes. L’un des bénéfices essentiels de la pratique du Qi Gong et des arts martiaux chinois est qu’elle vous apprend à vous recentrer et à reprendre la maîtrise de l’instant présent. »

Comment l’alimentation influence-t-elle notre santé ?

« Notre société moderne nous impose des rythmes de vie qui ne nous permettent pas, bien souvent, de manger de manière équilibrée. Les livres sont parfois contradictoires et les explications peu claires. Faut-il exclure les laitages ou pas ? Doit-on manger sans gluten pour être en forme et supprimer les douleurs musculaires et articulaires ? Dois-je manger chaud et vaut-il mieux manger cru ou cuit ? Qu’en est-il des compléments alimentaires et lesquels sont vraiment utiles voire indispensables ? A toutes ces questions, la médecine chinoise traditionnelle apporte des réponses précises et éprouvées depuis de nombreux millénaires. »