Image Image Image Image Image
Scroll to Top

To Top

Présentation du Taiji Quan et du Xing Yi Quan - les styles internes

Le Taiji Quan est un art martial chinois dont les techniques ont été mises au point pour permettre aux combattants d’acquérir souplesse, relâchement et concentration par l’exécution au ralenti de techniques de combat. Le Taiji Quan est qualifié d’art martial « interne » car il favorise la mise en circulation et la distribution harmonieuse du Qi (l’énergie primordiale) dans tout le corps par un travail sur l’axe, l’enracinement et la perception de l’espace qui nous entoure. Si le Taiji Quan est, tout comme le Kung Fu, un art martial permettant de se défendre, son approche est différente car il est plus question de travailler sur l’intention et sur soi-même. Différentes légendes relatent ses origines, sans que l’on soit réellement certain de leur réalité. Les origines du Taiji Quan remonteraient entre le XIe et le XIIIe siècle. Son fondateur serait Zhang San Feng, un moine taoïste ayant appris le wushu à Shaolin. La légende raconte que Zhang San Feng aurait assisté au combat entre un oiseau et sa proie : un serpent. L’oiseau, mobile et rapide, attaquait le serpent avec ses coups de bec sans relâche. Le serpent évitait les coups de son adversaire par des mouvements sinueux, doux, toujours en restant calme. Finalement, l'oiseau, épuisé, abandonna sa proie qu'il avait jugée facile, et s'envola. Le moine comprit à ce moment la supériorité de la souplesse. Les techniques de Kung Fu qu'il connaissait n'étaient basées que sur l'usage de la force brute. Zhang San Feng inventa donc une nouvelle technique de combat basée sur la souplesse, avec des mouvements harmonieux, continus et circulaires. Les enchaînements et formes de Taiji Quan (de style Yang) enseignés à l’École Phénix et Dragon sont les suivantes :
  • Petite forme de Pékin
  • Forme des 42
  • Forme des 48
  • Forme des 88
  • Forme des 32 à l’épée
  • Tui Shou (poussée des mains avec partenaire)
  Nous pratiquons également le Taiji Wudang Les monts Wudang sont le berceau du Taoïsme. Lorsque nous parlons de Taoïsme, nous faisons référence à la philosophie plutôt qu’à la religion. Nous pratiquons en cours le Taiji Wudang des 18 mouvements. Notre référence est le moine Taoïste Ming Yue, héritier de la 15e génération du style Xuanwu de Wudang. Il est également notre référent pour l’Épée de Kung Fu Wudang.   Le Xing Yi Quan est l’un des 3 courants des arts martiaux dits internes Le Xing Yi Quan est un style de boxe chinoise interne, inspirée par la philosophie taoïste et la théorie des 5 éléments. Les 5 mouvements fondamentaux, ou "wuxing", portent les noms des 5 éléments taoïstes. C’est, avec le Bagua Zhang et le Taiji Quan, l'une des trois branches des arts martiaux internes. On le considère souvent en Chine comme l’un des styles les plus puissants en combat. Parmi les nombreuses sentences que l’on retrouve dans la littérature des arts martiaux chinois traditionnels, l’une d’elles fait référence au Xing Yi Quan : "L'adversaire peut me frapper plusieurs fois, moi il me suffit de le frapper qu’une seule fois". Madame Chen Li Hua est notre référence pour le Xing Yi Quan. Elle est 7e duan de Wushu et fut l’élève la plus proche du très réputé Sha Guo Zheng qui lui même fut l’élève direct de Sun Lu Tang et Liu Zhi. Cette filiation, dans le milieu des arts martiaux chinois en Chine, inspire immédiatement un profond respect et est garant d’une très haute qualité.